top of page

lun. 29 avr.

|

Laval

EEG Neurofeedback : du fondamental à la pratique clinique

Les inscriptions sont closes
Voir d'autres événements
EEG Neurofeedback : du fondamental à la pratique clinique
EEG Neurofeedback : du fondamental à la pratique clinique

Heure et lieu

29 avr. 2024, 13 h 00 – 17 h 00 HAE

Laval, 1700 Rue Jacques-Tétreault, Laval, QC H7N 0A5, Canada

Invités

À propos de l'événement

L'EEG neurofeedback est une technique de rééducation qui implique la manipulation des signaux électroencéphalographiques (EEG) pour améliorer les fonctions cérébrales (Ros et al., 2020). Il s'agit d'une technique non-invasive qui fournit une rétroaction en temps réel sur les activités EEG du cerveau, permettant ainsi de cibler les régions cérébrales spécifiques associées à certaines fonctions. Au cours des dernières décennies, il y a eu une augmentation considérable des recherches sur l'utilisation de l'EEG neurofeedback dans la prise en charge des troubles cognitifs et psycho-affectifs.

L'EEG neurofeedback peut être utile dans la prise en charge des patients souffrant de troubles cognitifs tels que les troubles attentionnels ou exécutifs, peut également être utile dans la prise en charge des patients souffrant de troubles psycho-affectifs tels que l'anxiété et le stress. En fournissant une rétroaction en temps réel sur les activités EEG associées à ces troubles, les patients peuvent apprendre à contrôler leur activité cérébrale et ainsi améliorer leur fonction cognitive ou leur humeur et leur bien-être émotionnel. De plus, l'EEG neurofeedback peut être utilisé en combinaison avec d'autres traitements pour renforcer les effets positifs, mais aussi être utilisé pour améliorer le sommeil et la qualité de vie des patients souffrant de troubles psycho-affectifs.

Dans le cadre de ce symposium, 3 présentations vont illustrer les potentiels d’utilisation de l’EEG neurofeedback dans la pratique clinique des neuropsychologues. Brendan Parsons, neuropsychologue et docteur en neuropsychologique, va illustrer l’usage de l’EEG neurofeedback dans une perspective live span du traitement du trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité. Tomas Ros, docteur en neuroscience, présentera l’apport de l’EEG neurofeedback dans les régulations des émotions, notamment au travers le stress post-traumatique. Enfin Arnaud Saj, neuropsychologue et professeur en neuropsychologie, va montrer toutes les possibilités de l’utilisation de l’EEG neurofeedback auprès des personnes victimes d’un accident vasculaire cérébral ou d’un traumatisme crânien.

En conclusion, l'EEG neurofeedback est une technique prometteuse pour la prise en charge des troubles cognitifs et psycho-affectifs. Les neuropsychologues peuvent utiliser cette technique pour compléter les traitements traditionnels et offrir des options de traitement novatrices à leurs patients. Les résultats des travaux de recherche actuels suggèrent que l'EEG neurofeedback peut être efficace dans l'amélioration de la fonction cognitive et psycho-affective, et offre de nouvelles opportunités aux neuropsychologues cliniciens en quête de nouvelles options de traitement.

Référence

Ros T, Enriquez-Geppert S, Zotev V, Young KD, et al. Consensus on the reporting and experimental design of clinical and cognitive-behavioural neurofeedback studies (CRED-nf checklist). Brain. 143(6):1674-1685.

Présentation I

L'EEG Neurofeedback : Passé, Présent, Futur

Tomas Ros

Départements de neuroscience et de psychiatrie, Université de Genève ; Campus Biotech, Genève, Suisse.

Centre d'Imagerie Biomédicale (CIBM), Lausanne-Genève, Genève, Suisse

tomas.ros@unige.ch

Les résultats des derniers essais cliniques randomisés et contrôlés sur le NFB ont conduit à des réponses mitigées. Un récent consensus propose des améliorations des méthodes de recherche (placebo, démonstration d’une autorégulation réussie). Par ailleurs, les analyses de « big data » et d’apprentissage automatique montrent des hétérogénéités neurobiologique et neurocomportementale considérables non seulement entre les diagnostics psychiatriques, mais aussi à l’intérieur de ceux-ci. Il sera crucial pour les études futures de tester et d’optimiser le(s) protocole(s) de NFB pour des sous-groupes et/ou des patients individuels en tenant compte de cette diversité. Le NFB pourrait évoluer en tant qu’outil thérapeutique en parallèle avec les nouvelles connaissances de la neuropsychiatrie.

Présentation II

Le neurofeedback dans le TDAH : de l’enfant à l’adulte

Brendan Parsons

Université de Montréal, Faubert Lab, Montréal, Québec, Canada

NeuroLogic, Nice, France

Le neurofeedback par ÉEGq est une méthode rigoureusement étayée par la littérature scientifique, avec une base scientifique de plus de 400 articles évalués par des pairs. L’application de cette technique dans une prise en charge pour le trouble du déficit de l’attention avec/sans hyperactivité est considérée comme étant « efficace et spécifique ». L’efficacité sous-entend que les apports sont significatifs, avec des tailles d’effets moyennes à grandes pour les symptômes d’inattention et d’impulsivité et petites à moyennes pour l’hyperactivité. Certaines études démontrent des gains comparables à ceux apportés par la pharmacologie, c’est-à-dire le traitement par psychostimulants. Lorsque le neurofeedback est intégré dans une démarche holistique et multidisciplinaire, les comorbidités souvent présentes peuvent également être réduites ; ce qui comprend les troubles des apprentissages, les atteintes de l’autorégulation émotionnelle et comportementale, ainsi que les troubles du sommeil. La spécificité réfère aux mécanismes d’action du neurofeedback impliquant le cortex frontal, le cingulaire antérieur, le striatum, le thalamus et d’autres régions cérébrales affectées par le spectre d’atteintes manifestées par les populations ayant un TDAH. Un certain débat existe concernant les effets spécifiques et non spécifiques de cette technique. Dans ce symposium, une présentation de la méthodologie du neurofeedback dans le cadre de la recherche versus en contexte de pratique clinique permettra de mieux comprendre ces deux aspects (spécifiques et non spécifiques) de l’approche. Enfin, concernant la diversité des populations TDAH, bien que les enfants et les adolescents soient principalement concernés par ce trouble ainsi que par la recherche scientifique, les données probantes indiquent également des apports pour les populations TDAH adultes.

Présentation IV

Quand la neuropsychologie clinique rencontre l'outil EEG : du diagnostic au traitement curatif du TDA/H

Mehdi Aoun Sebaiti

Néocortex, Alfortville, France

Université de Picardie Jules Verne, Amiens, France

Université Paris Est Créteil, Créteil, France

Les troubles du neurodéveloppement (TND) sont actuellement définis comme des ensembles de symptômes cognitifs et/ou comportementaux entrainant un retentissement important sur le fonctionnement adaptatif scolaire, social et familial. Le diagnostic des TND repose encore à ce jour sur des éléments essentiellement phénotypiques1,2 et la prise en charge consiste davantage en de la compensation de la gêne générée dans le fonctionnement adaptatif que dans la réelle curation des troubles. En ce sens, l’usage de techniques d’exploration directe de l’activité cérébrale et la mise en évidence de marqueurs spécifiques comme le permet l’électroencéphalographie (EEG) quantitative représente la possibilité d’un gain significatif en termes de précision diagnostique3. Par ailleurs, l’usage de cette même technologie en stimulation cérébrale non invasive (EEG Neurofeedback) permet une modulation de l’activité cérébrale tendant à une normalisation, replaçant le cerveau au cœur des préoccupations cliniques diagnostique et thérapeutique. C’est l’objet de notre étude ayant usé de l’EEG quantitatif comme outil diagnostique complémentaires aux tests et échelles classiques auprès de 100 patients enfants présentant un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H). Nos patients ont ensuite bénéficié d’un protocole de soin usant de l’EEG Neurofeedback4 avec pour résultante une disparition totale des troubles révélés au premier examen. Les suivis longitudinaux à 12 mois révèlent une bonne stabilité des effets de la prise en charge. A la lumière de ces résultats, nous avons établis un modèle intégratif des problématiques neurodéveloppementales.

Présentation IV

Apport de l’EEG Neurofeedback dans la prise en charge des AVC et TC

Arnaud Saj

Université de Montréal, Québec, Canada

Université de Genève, Genève, Suisse

arnaud.saj@umontreal.ca

L'EEG neurofeedback est une technique de réentraînement cérébral qui consiste à utiliser un feedback en temps réel basé sur l'activité cérébrale mesurée par électroencéphalogramme (EEG) pour aider les personnes à améliorer leur fonctionnement cognitif. Cette technique a été largement étudiée pour ses effets sur les troubles cognitifs après un accident vasculaire cérébral (AVC), un traumatisme crânien (TC) et d'autres conditions neurologiques qui peuvent affecter les fonctions cognitives. Des études ont montré que l'EEG neurofeedback (EEG-NFB) peut améliorer les troubles exécutifs tels que la planification, la flexibilité mentale et la mémoire de travail chez les personnes atteintes d'AVC. Dans le cadre des travaux suivant, le protocole en EEG-NFB suivant a été mis en place avec comme objectif de focaliser la stimulation uniquement sur les régions pariétales, notamment le cortex pariétal inférieur. La modulation cérébrale consistait à inhiber l’onde Alpha au niveau de P3 et/ou P4. L’hypothèse principale de ces études était la modulation de l’attention focalisée pour corriger la symptomatologie en améliorant les fonctions attentionnelles. Dans le première étude, l'EEG-NFB a permis d’améliorer les troubles visuospatiaux tels que la négligence spatiale après un AVC (pour revue Saj et al., 2021). En effet, deux études princeps ont montré que l'EEG neurofeedback peut améliorer les signes de négligence en phase chronique ou aigue après un AVC. En phase chronique, l’amélioration est constatée sur les tests neuropsychologique mais aussi d’un point de vue fonctionnelle jusqu’à 3 semaines après la fin de l’entraînement. En phase aigüe, l’effet est plus volatile avec une amélioration immédiate des signes de négligence mais une

réapparition 1 semaine après. Cette étude montre toutefois l’impact d’un seul entraînement de 30 minutes sur l’expression clinique. L'EEG-NFB a également été étudié pour ses effets sur les troubles du langage tels que l'aphasie après un AVC. L’utilisation de l'EEG neurofeedback peut améliorer la production de mots chez les patients atteints d'aphasie après un AVC (pour revue Vochin et al., 2022). Une étude récente montre que la modulation de l’onde Alpha dans les régions pariétales, notamment celle impliquée dans les fonctions attentionnelles, améliore la production langagière chez les patients avec une aphasie non fluente. Enfin, des études ont montré que l'EEG neurofeedback peut avoir des effets positifs sur les troubles du comportement et les fonctions exécutives après un traumatisme crânien. Une étude en cours après de TC Légers (Daher et al., en préparation) utilisation l’EEG NFB améliore les troubles attentionnels et comportementaux, notamment la fatigue, ainsi que la flexibilité mentale et la mémoire de travail. En conclusion, l'EEG neurofeedback peut être un outil efficace pour aider les personnes victime d’un AVC ou d’un TC avec une approche holistique de leurs symptomatologies.

Billets

  • EEG NFB & NPSY

    De 50,00 $ à 100,00 $
    Vente expirée
    • 100,00 $
      Taxe : +15,00 $ TPS & TVQ + 2,88 $ de frais de service
    • 50,00 $
      Taxe : +7,50 $ TPS & TVQ + 1,44 $ de frais de service

    Total

    0,00 $

    Partager cet événement

    bottom of page